Sélectionner une page

Nous baignons dans la souffrance et n’en voyons rien. C’est comme ça. C’est logique.

Ces hommes se tiennent sur la plage, en Thaïlande, peu après le tsunami de 2004 : on ramasse encore tout autour les cadavres ramenés par les vagues.

Ce ne sont pas des monstres, où des salauds : ils avaient juste réservé leurs vacances depuis longtemps… (tu vois, Catia, c’est pas toujours une bonne idée de préparer ses vacances ).

Et les vacances, on nous a appris que c’était une chose sérieuse.

Et ils ne veulent pas voir.

On fait tous ça. Et on n’est pas des salauds. C’est juste un truc qu’on a appris enfant pour survivre.

Ma fille cadette, la nuit du tsunami, avait hurlé dans son sommeil, et parlé – elle avait deux ans – d’eau, et de gens qui criaient… Comment aurait-elle pu survivre si elle était restée ouverte aux souffrances du monde ?

 

Comment auriez-vous pu survivre, enfants, si vous étiez restés yeux ouverts quand tous autour de vous étaient perdus de souffrance ? Quand tous autour de vue assuraient que tout était normal ?

Que « c’est comme ça » ?